Une clinique unique

Une clinique moderne et entièrement équipée pour prendre soins de vos compagnons et leurs apporter les meilleurs soins possibles

Vidéo
de présentation
Ce qui se passe de
l'autre côté
En savoir +
Laser
thérapeutique
Une physiothérapie sans risque pour mieux traiter leur douleur
En savoir +
Pension pour chatS
CAT SUITES, une pension médicalisée pour plus de tranquillité et pour mieux profiter des vacances
En savoir +
Boutique
en ligne
Un large choix au meilleur prix livré chez vous ou à retirer à la clinique
En savoir +

Nos cliniques

Clinique vétérinaire
Vesta
29 rue Gutenberg
Espace Mendès France II
79000 Niort

Tél. : 05 49 28 04 11
Fax. 05 49 28 13 42
Cabinet vétérinaire
de goise
103 bis rue de Goise
79000 Niort

Tél. : 05 49 28 41 52
Urgences
05 49 28 04 11

Notre actualité

Thème du mois

Les antibiotiques, ce n’est pas automatique », le slogan bien connu en médecine peut et doit être étendu à nos compagnons. En effet, les autorités sanitaires françaises ont engagé un plan de lutte contre le développement de résistances aux antibiotiques. Actuellement, la recherche pharmaceutique ne propose pas de nouvelle classe d’antibiotique, alors que les résistances apparaissent, même pour les dernières générations de molécules, ce qui peut entraîner des conséquences pour la santé publique. Il est donc important que chaque propriétaire d’un animal de compagnie connaisse le bon usage des antibiotiques, autant pour soigner son compagnon que pour protéger l’entourage d’un danger sanitaire important.

Actualités

Les boules de poils (appelées également trichobézoards) résultent de l’ingurgitation de grandes quantités de poils par le chat, lorsque celui-ci fait sa toilette. La langue râpeuse du chat facilite l’élimination des poils morts que le chat avale.
En général, ces poils se mélangent à l’alimentation puis sont évacués à travers les selles. Mais il arrive que ces poils s’accumulent dans l’estomac, et forment des pelotes.
Certains chats font plus de boules de poils que d’autres et on peut estimer qu’une petite quantité de boules de poils soit considérée comme « normale ». 
 

 Les causes :

Les chats passent plusieurs heures par jour (2 heures en moyenne) à faire leur toilette.
Lorsque les poils ingurgités s’accumulent dans l’estomac, sans s’évacuer par les voies naturelles, ils forment alors une boule. Cette boule finit par irriter l’estomac de l’animal qui va vomir cette boule de poils. Celle-ci prend souvent la forme d’un cylindre d’environ 4 cm de long et 1cm de diamètre.
Les chats à poil long comme les persans, norvégiens... sont particulièrement exposés au phénomène, car leurs poils longs s’entremêlent plus facilement en formant de véritables « bouchons ».
Ces chats consacrent beaucoup de temps à l’entretien de ce pelage exceptionnel (jusqu’à 30 heures par semaine) engendrant au final une absorption de poils plus importante.
Enfin, un mode de vie exclusivement intérieur peut entraîner une mue quasi permanente et modifier le transit, renforçant le risque d’apparition du phénomène. 
Généralement, lors des deux principales mues du chat, au printemps et à l’automne, la fréquence d’apparition de ces boules de poils peut être accrue et ce phénomène peut être aggravé par la présence de parasites (le chat se gratte et se lèche davantage). Il se peut qu’un estomac irrité favorise également la création des boules de poils. Tout simplement parce qu’une irritation peut entraîner des modifications de la motilité (brassage des éléments dans l’estomac) et favoriser la rétention des poils. Dans ces situations, le chat peut vomir des boules de poils de façon excessive.
Lorsque vous trouvez plus d’une boule de poils par semaine, il se peut qu’une irritation de l’estomac soit en cause.
 

Les risques :

La formation de boules de poil peut parfois engendrer une baisse d’appétit, voire une anorexie. La formation de boules de poils est fréquemment à l’origine de troubles digestifs qui peuvent prendre différentes formes et être plus ou moins graves :
- Régurgitations, vomissements
- Constipation, diarrhée
- Obstructions voire occlusions intestinales.
 
Si l’accumulation de poils dans l’estomac est accompagnée d’une constipation, alors le risque pour la santé de l’animal est plus élevé. Il se peut parfois que des amalgames de poils durs et secs obstruent le passage, augmentant les risques d’étirement des parois de l’intestin.
 

Les solutions :

Plusieurs solutions existent pour prévenir l’apparition des boules de poils et/ou faciliter leur évacuation par les voies naturelles.
 
Vous pouvez commencer par brosser régulièrement votre chat, afin d’évacuer une bonne part de ces poils. 
Certains compléments alimentaires permettent de lubrifier les boules de poils et faciliter leur transit vers les intestins. 
Enfin, il existe des aliments spécialement formulés pour diminuer fortement l’apparition des boules de poils.
 

Conclusion :

Les boules de poils font naturellement partie de la vie du chat et ne posent généralement pas de problèmes. Leur évacuation peut être facilitée grâce à une alimentation adaptée. Cependant, dans certains cas, les conséquences de ces boules de poils peuvent s’avérer dangereuses. C’est pourquoi, si vous constatez une augmentation ces boules, demandez conseil à votre vétérinaire.